Immobiliere du sud

Comment protéger ses parts de SCPI en temps de crise ?

L’année 2020 fut extrêmement marquante à cause de cette fameuse crise du Coronavirus. L’économie mondiale n’a pas été épargnée et les épargnants ont réellement eu un petit coup de chaud par rapport à leurs investissements. Les détenteurs de parts de SCPI sont plutôt avantagés par rapport à d’autres types de placement. Mais il est nécessaire de, quand même, se protéger.

Se diversifier dès le début

S’il y a un conseil qu’il faut donner aux investisseurs qui souhaitent se lancer dans les SCPI, c’est de se diversifier. Et c’est d’ailleurs un avantage que peut offrir la « pierre papier », la possibilité d’acquérir des actifs de tout horizon. Comme les actifs sont plutôt de type immobilier professionnel ou commercial, plusieurs secteurs entrent en jeu. À l’image de la crise sanitaire du Covid-19, certaines activités ont été plus impactées que d’autres. Ainsi, la diversification donne plus de chance à l’investissement de survivre et de toujours apporter un certain niveau de performance.

C’est aussi le même cas de figure en termes de zone d’implantation. Les actifs détenus par les SCPI sont éparpillés un peu partout en France mais aussi à l’étranger. Et là aussi, si une zone spécifique est en crise, ce n’est pas forcément le cas ailleurs. De plus, investir hors de frontières de l’hexagone permet d’obtenir certains avantages fiscaux. Plus de détails sur ce site internet.

Favoriser les SCPI qui font une sélection de locataires

La sélection des locataires est un rempart contre certaines situations problématiques. Déjà c’est un bon moyen d’assurer au maximum l’obtention des loyers et d’éviter les départs soudains. Les sociétés de gestion qui adoptent des stratégies de sélection s’assurent une certaine solidité. Beaucoup d’entre elles misent donc sur de grandes multinationales ou des grands groupes qui ont moins de chance de faire défaut.

Bref, les SCPI sont, en général, immunisées à de nombreux facteurs de risque. Mais pour être sûr de s’épargner certaines crises, il est nécessaire de miser sur les bons chevaux. Cela dépend de comment les sociétés de gestion exploitent le capital entre leurs mains.

Discutez...